ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Douleur et Analgésie

1011-288X
Vous êtes sur le site des articles parus entre 1988 et 2015 :
» Accédez aux articles parus depuis 2016 «
 

 ARTICLE VOL 28/1 - 2015  - pp.20-25  - doi:10.1007/s11724-015-0409-4
TITRE
Arthrose : des grandes avancées physiopathologiques aux perspectives thérapeutiques

TITLE
Osteoarthritis: New Pathophysiological Data and Therapeutic Perspectives

RÉSUMÉ

L’arthrose est la maladie articulaire la plus fréquente, caractérisée par un manque de traitements pharmacologiques efficaces. Ce constat nécessite d’avoir une approche neuve de cette affection. Les études récentes relatives à l’arthrose mettent en avant la vision pluritissulaire de cette maladie qui affecte non seulement le cartilage mais aussi la membrane synoviale, siège d’une inflammation, et l’os sous-chondral, impliqué précocement dans la maladie. L’ensemble des trois tissus participent à la dégradation de l’articulation et aux symptômes par le biais de médiateurs inflammatoires et d’enzymes protéolytiques. Cette vision de la maladie pourrait inciter à cibler spécifiquement ces tissus de manière pharmacologique. Par ailleurs, il n’y a pas une arthrose mais des arthroses directement en rapport avec les mécanismes initiateurs : ainsi différencie-t-on l’arthrose lié à l’obésité, l’arthrose post-traumatique et l’arthrose liée au vieillissement. Ces trois phénotypes sont caractérisés par une dégradation articulaire, mais les mécanismes y aboutissant sont certainement propres à chacun d’entre eux. L’arthrose liée à l’obésité est maintenant intégrée au sein d’un phénotype plus vaste, l’arthrose métabolique, compte tenu des associations épidémiologiques entre arthrose et syndrome métabolique. Les liens entre arthrose et diabète sont aussi particulièrement probants tant au plan clinique qu’au plan fondamental. Cette nouvelle vision de la maladie devrait aboutir à des traitements spécifiques de chacun de ces phénotypes.



ABSTRACT

Osteoarthritis (OA) is the most frequent joint disorder, characterized by a lack of efficient pharmacological treatment. New approaches are thus needed. Recent studies support the hypothesis that OA is a pluritissular disease, affecting not only the cartilage but also synovial membrane that is inflamed and sub-chondral bone, early involved. All these 3 tissues are involved in joint degradation and symptoms through inflammatory mediators and proteolytic enzymes. Likewise, such a new view may open towards new tissue-specific pharmacological treatments. Moreover, there is no one OA but several OA directly in connection with the different risk factors. We thus differentiate obesity-related, injury-related and aging-related OA. Joint degradation is common to all OA phenotypes but pathophysiological mechanisms may be different. Obesity-related OA now belongs to a wider phenotype called “metabolic OA” since OA and metabolic syndrome are epidemiologically associated. Diabetes mellitus and OA are also tightly linked clinically and pathophysiologically. This new approach of the disease should lead to specific targeted therapies of each of these phenotypes.



AUTEUR(S)
J. SELLAM

MOTS-CLÉS
Arthrose, Phénotypes, Arthrose métabolique, Douleur, Thérapeutique

KEYWORDS
Osteoarthritis, Phenotypes, Metabolic osteoarthritis, Pain, Treatment perspectives

BIBLIOGRAPHIE
archives.dea.revuesonline.com/revues/53/10.1007/s11724-015-0409-4.html

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (138 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier