ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Douleur et Analgésie

1011-288X
Vous êtes sur le site des articles parus entre 1988 et 2015 :
» Accédez aux articles parus depuis 2016 «
 

 ARTICLE VOL 28/3 - 2015  - pp.123-130  - doi:10.1007/s11724-015-0435-y
TITRE
L’infusion intrathécale dans les douleurs réfractaires

TITLE
Intrathecal Drug Delivery for Intractable Pain

RÉSUMÉ

L’analgésie intrathécale consiste à délivrer les antalgiques au niveau du liquide céphalorachidien (LCR), au plus près des récepteurs médullaires impliqués dans la modulation du signal nociceptif. Elle permet de soulager les patients qui présentent des douleurs réfractaires malgré des doses élevées d’opioïdes ou qui présentent des effets indésirables sévères au traitement. Ses principaux avantages sont l’emploi de doses très faibles d’opioïdes et la possibilité d’utiliser des antalgiques qui ne peuvent être administrés que par cette voie comme les anesthésiques locaux et le ziconotide. Cette technique s’est considérablement développée au cours des deux dernières décennies, notamment en cancérologie, grâce à la mise à disposition de pompes autonomes totalement implantées. L’implantation est réalisée généralement après l’avis d’une réunion multidisciplinaire. La diffusion limitée des analgésiques dans le LCR implique l’implantation de l’extrémité du cathéter en arrière du cordon médullaire au niveau des métamères impliqués dans le processus douloureux. Le déploiement de l’analgésie intrathécale reste limité, mais l’émergence de nouvelles substances et de nouveaux dispositifs doit permettre un essor de cette technique efficace dans le traitement des douleurs réfractaires.



ABSTRACT

Intrathecal analgesia comprises of delivering analgesics via the cerebrospinal fluid, close to the medullary receptors involved in the modulation of the nociceptive signal. This provides relief to patients who present with refractory pain despite elevated doses of opioids or those who present with severe treatment-related adverse effects. Its main advantage is the use of very low doses of opioids and the possibility of using analgesics that can only be administered via this route, such as local anaesthetics and ziconotide. This technique has been considerably developed over the last twenty years, especially in oncology, due to the availability of implanted pumps that are totally regulated by the patient. Implantation is generally carried out following the outcome of a multidisciplinary team meeting. Limited diffusion of analgesics in the CSF involves the implantation of the end of the catheter behind the spinal cord in the segments involved in the pain process. The use of intrathecal analgesia remains limited, however the emergence of novel drugs and new devices should enable this effective technique in the treatment of refractory pain to take off.



AUTEUR(S)
D. DUPOIRON

Reçu le 20 juillet 2015.    Accepté le 27 juillet 2015.

MOTS-CLÉS
Infusion intrathécale, Pompes, Douleur réfractaire, Morphine, Ziconotide

KEYWORDS
Intrathecal drug delivery, Pumps, Refractory pain, Morphine, Ziconotide

BIBLIOGRAPHIE
archives.dea.revuesonline.com/revues/53/10.1007/s11724-015-0435-y.html

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (710 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier