ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Douleur et Analgésie

1011-288X
Vous êtes sur le site des articles parus entre 1988 et 2015 :
» Accédez aux articles parus depuis 2016 «
 

 ARTICLE VOL 1/3 - 1988  - pp.95-103  - doi:10.1007/BF03006304
TITRE
Administration intra-cérébro-ventriculaire de morphine pour le traitement des douleurs rebelles d’origine cancéreuse

RÉSUMÉ

La découverte de récepteurs opioïdes et de ligands endogènes dans le système nerveux central a conduit au développement d’une nouvelle méthode thérapeutique conservatrice pour le traitement des douleurs chroniques irréductibles: il s’agit de l’administration locale directe de morphine dans le liquide céphalo-rachidien péri-médullaire ou intra-cérébro-ventriculaire. Ces deux sites sont complémentaires sur le plan des indications. Ainsi, pour les douleurs cancéreuses de topographie cervico-thoracique ou diffuse, la morphinothérapie intra-cérébro-ventriculaire (ICVM) est particulièrement indiquée.

Les auteurs rapportent leur expérience concernant 64 patients sélectionnés cliniquement (douleur chronique de l’extrémité supérieure du corps ou diffuse, inefficacité des morphiniques par voie orale par l’installation d’un phénomène de tolérance ou d’effets secondaires, patient informé et environnements familial et médical favorables au traitement en ambulatoire). La solution de morphine (concentration 1 mg/ml) est administrée par technique percutanée dans le ventricule latéral par l’intermédiaire d’un site d’accès.

Pour un suivi moyen de 90 jours, la dose quotidienne efficace de morphine augmente d’une manière modérée de 0,25 mg à 1,2 en fin de traitement. Pendant la période d’essai et de titration, 3 effets secondaires majeurs ont été observés: il s’agit de 2 dépressions respiratoires et d’un trouble du comportement qui ont été rapidement renversés par injection de naloxone.

Les données cliniques de la littérature sont discutées (environ 300 cas). Les indications et les résultats sont comparés avec les autres techniques (chirurgie d’interruption, stimulation périaqueducale et administration intrathécale de morphine) dans l’intention de déterminer la place actuelle de l’ICVM.

L’efficacité puissante de l’ICVM pour de petites doses de morphine est confirmée, car elle est parfaitement réversible. Ses risques sont limités à condition que la détermination initiale de la dose efficace soit rigoureuse et que, par la suite, une surveillance médicale régulière puisse être assurée.



ABSTRACT

The discovery of opioid receptors and endogenous ligands in the central nervous system has lead to a new conservative therapeutic method for irreducible chronic pain treatment: direct local administration of morphine into the spinal or intra-ventricular cerebro-spinal fluid. These two sites are complementary. For intractable cervico-thoracic or diffuse cancer pain, the intracerebro-ventricular morphinotherapy (ICVM) is specifically indicated.

The authors report their experience concerning 64 clinically selected patients (upper body of diffuse chronic pain, tolerance to oral or parental opiates, informed consent and favorable domestic environment for ambulatory ICVM). The morphine solution (concentration 1 mg=1 ml) was percutaneously injected into the lateral ventricle via an access port.

For a mean follow-up of 90 days, the analgesic morphine daily doses moderately increased from 0,25 to 1,2 mg. During the initial trial and titration period, 3 major central side-effects (2 respiratory depressions and 1 behavioural complication) were observed and naloxone-reversed.

Clinical data from the published ICVM studies are discussed (about: 300 cases). Indications and results will be compared with other technics (ablative surgery, PVG stimulation, and spinal I-Th morphinotherapy), with the intention of determining the actual usage of ICVM.

The powerful efficacy of ICVM for small doses of morphine is confirmed. Being perfectly reversible, the risks are limited, if the initial titration is carefully determined and secondly if regular medical surveillance is ensured at the patient’s home.



AUTEUR(S)
Y. LAZORTHES, J.C. VERDIE, B. SALLERIN-CAUTE, R. MARANHAO

Reçu le 10 juin 1988.    Accepté le 10 juillet 1988.

KEYWORDS
Cancer pain, intracerebro-ventricular morphinotherapy

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (1023 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier