ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Douleur et Analgésie

1011-288X
Vous êtes sur le site des articles parus entre 1988 et 2015 :
» Accédez aux articles parus depuis 2016 «
 

 ARTICLE VOL 3/2 - 1990  - pp.43-48  - doi:10.1007/BF03011367
TITRE
Etude de la douleur provoquée par lithotrisie extra-corporelle pour calculs rénaux

RÉSUMÉ

Le but de ce travail est l’étude 1) de la douleur provoquée par lithotrisie extra-corporelle (LEC) pour calculs rénaux et 2) des facteurs prédictifs permettant de sélectionner les patients qui nécessiteront une analgésie. L’étude porte sur 78 patients subissant une LEC en l’absence de prémédication anxiolytique ou analgésique. L’intensité de la L.E.C. est délivrée par paliers de 20% de 0 à 100% de l’intensité maximales (900 bars). A chaque palier le patient évalue la douleur grâce à une échelle numérique (EN) de 0 à 10. La relation intensité de la LEC-intensité de la douleur est évaluée aux temps T0, T15 et T30 de la LEC. En fin de séance, la douleur est évaluée par l’équipe soignante au moyen d’une note globale (NG) sur une échelle en 3 catégories. Les courbes intensité de la LEC-intensité de la douleur montrent que les niveaux successifs de stimulation de la LEC sont parfaitement discriminés par les sujets. On constate une habituation de la douleur en cours de séance, principalement pour les sujets souffrant des douleurs les plus faibles. Dans 28% des cas, l’intensité de la douleur nécessite le recours à une analgésie. Nous návons pas trouvé d’incidence sur le niveau de douleur des facteurs suivants: âge, taille et latéralisation des calculs, diamètre de la zone de contact entre le patient et le dome de convergence, état d’anxiété. En revanche, trois paramètres sont corrélés avec les niveaux de douleur, ce sont 1) la distance L1 du parenchyme rénal traversée par les ondes piézoélectriques, 2) la distance L2 peau-calcul, 3) la localisation du calcul. Les calculs caliciels supérieurs, caliciels moyens et pyéliques sont significativement plus douloureux. Ces paramètre peuvent être facilement évalués avant la réalisation d’une LEC.



ABSTRACT

The aim of this work is to study 1) the pain provoked by extracorporeal shock wave lithotripsy (ESWL) for renal lithiasis and 2) the predictive factors for severe pain leading to an analgesia indication. ESWL intensity was delivered by 20% steps with a maximum of 900 bars (100%). Pain was evaluated by a numerical scale. The relationship between ESWL intensity and pain intensity was studied at T0, T15 and T30. At the end of the session, the overall pain was measured with a 3 categories global score. Successive levels of stimulation were well discriminated by patients. An habituation was observed along the seance for patients with a low pain level. In 28% of the patients, the intensity of pain lead to an analgesia indication. Pain could not be predicted by age, lithiasis localisation and size, diameter of the contact between patient and convergence dome, anxiety state. In contrast, three parameters are correlated with pain levels: the L1 distance of the renal parenchyma, the L2 distance skin-lithiasis and the lithiasis localisation. The superior calicial, medium calicial and pyelic lithiasis were significantly the most painful. These predictive variables can easily be measured before a ESWL.



AUTEUR(S)
A. FRANCESCHI, J. SÉNANT, V. GALERNEAU, P. ROZADA, N. DE FOURMESTRAUX, Ph. GRISE, G. DUCABLE, F. BOUREAU

Reçu le 12 février 1990.    Accepté le 13 mars 1990.

KEYWORDS
Acute pain, extracorporeal shock wave lithotripsy, renal lithiasis

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (1,2 Mo)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier