ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Douleur et Analgésie

1011-288X
Vous êtes sur le site des articles parus entre 1988 et 2015 :
» Accédez aux articles parus depuis 2016 «
 

 ARTICLE VOL 8/1 - 1995  - pp.11-17  - doi:10.1007/BF03005022
TITRE
La douleur du brûlé

RÉSUMÉ

Les phénomènes douloureux qui peuvent émailler l’évolution d’une brûles sévère constituent par leur répétition et leur durée une des expériences les plus pénibles qu’il soit donné de rencontrer en clinique humaine. Si nociciption et hyperalgésie périphérique sont indiscutablement les facteurs primordiaux à l’origine de la douleur du brûlé, l’étude de mécanismes hypothétiques plus centraux (hyperalgésie secondaire dûe aux nociceptions répétées, douleurs neuropathiques par destructions nerveuses cutanées) conduira peutêtre à une meilleure compréhension de la symptomatologie et à plus d’efficacité thérapeutique. Douleurs continues dûes aux lésions, et douleurs intermittentes dûes aux traitements sont les deux composantes bien distinctes de la douleur du brûlé. Leur évaluation comme leur thérapeutique doivent être effectuées séparément. Bien que la douleur intermittente soit de loin la plus intense, la base du traitement est dans les deux cas pharmacologique, faisant essentiellement appel aux médications morphiniques. En raison de l’importance des variations intra et inter-individuelles, les protocoles devront laisser une grande part d’adaptation à chaque cas, l’évaluation systématique de la douleur étant toujours indispensable aux ajustements de posologies nécessaires. Contrairement à une idée reçue, celles-ci ne diminueront que très tardivement, une brûlure cicatrisée pouvant même rester longtemps douloureuse soit par elle-même, soit du fait des traitements de rééducation. Les traitements non pharmacologiques sont des adjuvants utiles et parfois indispensables, mais qui ne sont cependant possibles, et qui n’ont de sens que si l’analgésie médicamenteuse est correctement réalisée. Plusieurs études récentes montrent que l’analgésie du brûle n’est pas maîtrisée la plupart du temps comme elle le devrait. Cette carence est particulièrement nette pour les enfants qui doivent être l’objet d’une attention toute particulière en raison des difficultés de l’évaluation chez les plus jeunes, et des conséquences psychologiques graves que peut entraîner, chez eux, un traitement de la douleur mal conduit. La douleur du brûlé peut être maîtrisée; ses conséquences somatiques et psychologiques sont certainement sous-estimées. Son contrôle doit être considéré comme un chapitre essentiel de la thérapeutique du brûlé.



ABSTRACT

The painful events associated with the treatment of a severe burn can, because of their long-lasting and repetitive characteristics, be one of the most excruciating experiences in clinical practive. Moreover, burn pain has been shown to be detrimental to burn patients. Although nociception and peripheral hyperalgesia are considered the major causes of burn pain, the study of more hypothetical mechanisms like central hyperalgesia and neuropathic pain may lead to a better understanding of burn pain symptoms and to new therapeutic approaches. Continuous pain and intermittent pain due to therapeutic procesures are two distinct components of burn pain. They have to be evaluated and managed separately. Although continuous pain is by far less severe than intermittent pain, the treatment is, in both cases, essentially pharmacological relying basically on opioids. Because of wide intra-and inter-individual variations, protocols will have to leave large possibilities of adaptation for each case, systematic pain evaluation being mandatory to achieve the best risk/benefit ratio. Surprisingly, the dose of medication decreases only slowly with time, a burn often remaining painful for long periods after healing. Non pharmacological treatments are often useful and sometimes indispensable adjuncts; but their rationale and their feasibility depends entirely on previous optimal pharmacological control of burn pain. Several recent studies show that burn pain management is inadequate in most burn centers.



AUTEUR(S)
J. LATARJET, M. CHOINIÈRE

Reçu le 27 août 1993.    Accepté le 15 septembre 1993.

KEYWORDS
Burn, thermal injury, pain

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (818 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier