ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Douleur et Analgésie

1011-288X
Vous êtes sur le site des articles parus entre 1988 et 2015 :
» Accédez aux articles parus depuis 2016 «
 

 ARTICLE VOL 13/3 - 2000  - pp.143-147  - doi:10.1007/BF03006595
TITRE
Psychopathologie et céphalées

RÉSUMÉ

L’association entre céphalées et troubles psychiatriques a de tout temps été soulignée par les cliniciens. Les migraineux en particulier ont été décrits comme des sujets atteints fréquemment d’anxiété et de dépression. En ce qui concerne les patients souffrants de céphalées de tension, l’impact de l’anxiété et de la dépression a été jugé si important que le terme de céphalées psychogènes était employé jusqu’à récemment. Aujourd’hui, la classification de l’International Headache Society (1988) reconnaît l’anxiété et la dépression comme des étiologies possibles aux céphalées de tension.

Cette revue de la bibliographie a pour objectif de préciser l’état actuel des connaissances au sujet de l’association entre les troubles psychiatriques et les céphalées. On verra qu’il existe une importante comorbidité entre migraines d’une part et troubles anxieux et dépressifs d’autre part. Cela est moins clair pour les céphalées de tension ce qui remet en cause la place prépondérante occupée traditionnellement par la psychopathologie dans l’étiologie de ces dernières. Les céphalées chroniques sont, elles, associées très fréquemment à la souffrance anxio-dépressive, qui pourrait jouer un rôle étiologique dans la chronicisation des céphalées.

L’examen des rapports entre anxiété, dépression et céphalées est particulièrement riche tant sur le plan théorique en ce qui concerne les causes possibles des comorbidités, qu’en ce qui concerne les conséquences pratiques que ces associations peuvent avoir sur la prise en charge des patients.

Certains traitements médicamenteux sont particulièrement intéressants dans ces cas là, efficaces à la fois sur les céphalées et sur les troubles affectifs; enfin et surtout, une prise en charge psychologique adaptée doit être proposée, à défaut de quoi la souffrance risque d’envahir le sujet et de devenir un mode de vie. Outre la relaxation, dont l’efficacité a été démontrée, l’impact de certaines interventions inspirées des théories comportementalo-cognitives a été étudié de façon rigoureuse chez les patients céphalalgiques.



ABSTRACT

Clinicians have always stressed the association between psychiatric disorders and headaches. Migraineurs particularly have been described as anxious and depressed people. Concerning tension type headaches, the impact of anxiety and depression is so strong that until recently they used to be called «psychogenic headaches» until recently. Now, anxiety and depression are aetiological items for tension type headaches in the International Headache Classification.

This review deals with recent data regarding the association between psychiatric disorders and headaches. We shall see that some evidences suggest that there is a strong association between migraine on the one hand, and anxiety and mood disorders on the other hand. On the opposite, no evidence can be retained in favour of an association between those psychiatric disorders and tension type headaches. This fact challenges the hypothesis of a psychogenic aetiology.

It also suggests that chronic headaches frequently are associated with an increased anxiety and depressive level, which could play an aetiological role in the chronicisation of headaches, However we cannot assert for the moment the aetiological role of anxiety and depression in the occurrence of headaches with chronic substance use.

Some psychotropic treatments are of particular interest in those cases because of their efficiency in anxiety and mood disorders as well as in chronic headaches. This should not conceal the importance of the psychological intervention. Some evidences allowed us to think that relaxation have efficiency on migraines just as on tension type headaches. Cognitive behavioural therapy as well has been evaluated in these indications: it is effective in reducing the fear of pain anxiety and even pain intensity.



AUTEUR(S)
F. RADAT, P. HENRY

KEYWORDS
Headache, migraine, anxiety, mood disorder, substance use, cognitive-behavioural therapy

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (583 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier