ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Douleur et Analgésie

1011-288X
Vous êtes sur le site des articles parus entre 1988 et 2015 :
» Accédez aux articles parus depuis 2016 «
 

 ARTICLE VOL 14/1 - 2001  - pp.49-58  - doi:10.1007/BF03007509
TITRE
Effets analgésiques des morphiniques et systèmes opioïdergiques dans les douleurs chroniques: confrontation des données cliniques et des données expérimentales chez l’animal

RÉSUMÉ

En tentant de tirer de l’expérimentation animale des explications rationnelles rendant compte de la sensibilité variée des douleurs chroniques chez l’homme aux effets analgésiques des morphiniques, les auteurs de cette revue sont amenés à constater que l’abondance des données fournies par les modèles animaux est inversement proportionnelle à l’usage clinique des opioïdes. Ainsi, alors que les douleurs associées à un cancer sont certainement celles qui bénéficient le plus, et depuis longtemps, d’un traitement morphinique, ce n’est que très récemment que les fondamentalistes se sont avisés de développer des modèles appropriés. Concernant les douleurs neuropathiques, malgré la diversité des conditions expérimentales, les opioïdes apparaissent doués d’une efficacité élévée pour réduire les comportements nociceptifs dans la plupart des modèles animaux. II est donc peu satisfaisant, en partant des mécanismes physiopathologiques qui en ont été inférés, en particulier ceux qui impliquent directement, ou indirectement, les systèmes opioïdes endogènes, de rendre compte de la morphino-résistance de ces douleurs en clinique, même si celle-cireste controversée et repose sur peu de données objectives. S’agissant enfin des douleurs par excès de nociception, une augmentation de la puissance antalgique des morphiniques a été abondamment constatée dans les modèles animaux de douleur inflammatoire, dans lesquels on observe diverses modifications fonctionnelles des systèmes opioïdergiques. Il est prématuré d’établir quelque lien avec la clinique: de fait, l’évaluation réelle de l’efficacité des opioïdes dans les douleurs inflammatoires n’a pas fait l’objet d’études spécifiques.



ABSTRACT

Chronic pain symptoms respond to opioid drugs with varying sensitivity. Interestingly, body of data arising from animal models is inversely proportional to the clinical use of opioids. Thus, whereas cancer patients certainly benefit from a long time opioid therapy to relief pain, appropriate experimental models were only recently developed. On the other hand, animal models of neuropathic pain have been around for a long time and opioids appear to have a high efficacy for reducing nociceptive behaviour in most of them. Therefore, it is hard to explain the poor efficacy of opioids for relief of neuropathic pain in humans. With regard to inflammatory pain, an enhancement of the analgesic potency of opioids has been largely established in animal models of chronic inflammatory pain. Any link with clinical data appears to be premature because no specific study has been performed on the efficacy of opioids for treating inflammatory pain.



AUTEUR(S)
J. BRAZ, A. COUTAUX

KEYWORDS
Morphine, endogenous opioid systems, cancer pain, neuropathic pain, inflammatory pain

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (1,37 Mo)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier