ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Douleur et Analgésie

1011-288X
Vous êtes sur le site des articles parus entre 1988 et 2015 :
» Accédez aux articles parus depuis 2016 «
 

 ARTICLE VOL 22/3 - 2009  - pp.186-195  - doi:10.1007/s11724-009-0134-7
TITRE
Opiophobie: état des lieux auprès des soignants à Beira Interior au Portugal

TITLE
Opiophobia: the situation amongst health professionals in Beira Interior, Portugal

RÉSUMÉ

L’opiophobie de certains professionnels de santé n’est pas anodine: elle peut entraîner une prise en charge inappropriée des patients présentant des douleurs invalidantes.

Cette étude avait pour objectifs de comparer l’opiophobie entre médecins et infirmières d’une part; et d’autre part de décrire les représentations que ces professionnels de santé ont de la morphine et leur attitude face à sa prescription et à son utilisation ainsi que les raisons évoquées.

Enquête par questionnaire autoadministré auprès des médecins et infirmières des hôpitaux et centres médicosociaux à Beira Interior au Portugal.

Le mot morphine évoque en premier lieu l’analgésie (médecins 32 % et infirmières 27 %) et en deuxième lieu le cancer (médecins 12 % et infirmières 27 %). L’attitude en ce qui concerne le recours à la morphine diffère entre médecins et infirmières, notamment en fonction de l’expérience professionnelle. Les raisons les plus fréquemment évoquées de non-administration de la morphine chez le patient algique sont les difficultés légales d’usage (médecins 79 % et infirmières 84 %), le risque de dépression respiratoire (médecins 70 % et infirmières 68 %) et le risque de dépendance (médecins 50 % et infirmières 69 %).

L’existence de fausses croyances quant à la prescription et l’utilisation de la morphine dans notre collectif. Une différence significative existe pour plusieurs fausses croyances relatives à la prescription et à l’utilisation de la morphine entre infirmières et médecins. Ces résultats suggèrent que l’on forme mieux les professionnels de santé dans la gestion de la douleur.



ABSTRACT

Opiophobia in health care professionals is not without danger for patients: it may lead to the inappropriate management of debilitating pain.

To describe and compare how nurses and physicians perceive morphine, and their attitudes to prescribing and administering it.

A cross-sectional study of physicians and nurses in Beira Interior (Portugal), through a self-administered questionnaire.

The word morphine firstly recalls analgesia (physicians 32% and nurses 27%); secondly it is associated with the word “cancer” (physicians 12% and nurses 27%). Attitudes towards the use of morphine show significant variations among physicians and nurses, depending on their professional experience. The reasons for not administrating morphine most frequently cited are: legal problems (physicians 79% and nurses 84%), the risk of respiratory depression (physicians 70% and nurses 68%) and the risk of dependency (physicians 50% and nurses 69%).

There are significantly differing attitudes and beliefs concerning the prescription and use of morphine amongst nurses and physicians. Opiophobia exists in both nurses and physicians. Better training of health professionals with regard to the prescription and use of morphine is required.



AUTEUR(S)
H. VERLOO, E. MPINGA KABENGELE, M. FERREIRA, C.-H. RAPIN, P. CHASTONAY

Reçu le 15 septembre 2008.    Accepté le 10 décembre 2008.

MOTS-CLÉS
Opiophobie, Morphine, Douleur

KEYWORDS
Opiophobia, Pain management, Morphine

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (124 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier