ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Douleur et Analgésie

1011-288X
Vous êtes sur le site des articles parus entre 1988 et 2015 :
» Accédez aux articles parus depuis 2016 «
 

 ARTICLE VOL 26/3 - 2013  - pp.171-179  - doi:10.1007/s11724-013-0325-4
TITRE
Évaluation de la prise en charge de la douleur dans un établissement public de santé mentale

TITLE
Evaluation of pain management in a public psychiatric hospital

RÉSUMÉ

La prise en charge de la douleur est depuis plusieurs années un enjeu majeur de santé publique. Un audit a été réalisé un jour donné afin d’évaluer la prévalence, l’évaluation et le traitement de la douleur au sein d’un établissement public de santé mentale (EPSM).

Cent quarante-quatre patients d’âge moyen de 54 ± 22 ans ont été inclus. Le diagnostic principal le plus fréquent était la schizophrénie et troubles délirants (30 %). Cinquante-neuf patients sur 144 ont exprimé une douleur au cours des 15 derniers jours. Chez les patients ne l’exprimant pas, la douleur a été recherchée dans 26 %des cas et fut retrouvée une fois sur trois. Les douleurs ressenties étaient majoritairement des douleurs physiques et aiguës. Un tiers des patients douloureux ont bénéficié d’une évaluation. La technique d’évaluation la plus fréquemment rencontrée était un entretien médical et/ou infirmier (53 % des évaluations). Les outils d’évaluation étaient utilisés dans 32 % des cas. Au niveau thérapeutique, la majorité des patients inclus bénéficiait d’une prescription médicamenteuse à visée antalgique (63 %) et à la demande (77 %). Les antalgiques de palier 1 étaient prescrits dans 58 % des cas tandis que les médicaments psychotropes (à visée antalgique) représentent moins de 10 % des spécialités prescrites. Un quart des patients avait une prise en charge antalgique non pharmacologique. Dans 52 % des cas, les relations d’aide étaient la prise en charge la plus utilisée.

Cette étude montre que la prévalence de la douleur est importante chez les patients hospitalisés en EPSM. Elle est peu recherchée chez les patients qui n’expriment pas spontanément une douleur. La douleur est également très peu évaluée. Néanmoins, la plupart des patients bénéficient d’un traitement à visée antalgique. Dans l’optique de la certification V2010 et d’une meilleure prise en charge des patients, ces résultats ont conduit à l’élaboration d’outils systématisant la recherche d’un épisode douloureux, à la mise à disposition d’outils d’évaluation et à l’élaboration de protocoles de soins.



ABSTRACT

For many years the management of pain has been a major public health concern. An audit was carried out on a single day to evaluate the prevalence, the assessment and the treatment of pain in public mental health institutions.

One hundred and four patients with a mean age of 54 ± 22 years were included. The most common primary diagnosis was schizophrenia and delusional disorders (30%). Fifty-nine patients out of 144 stated that they were in pain during the last 15 days. Of those patients who did not express being in pain, it was investigated in 26% of cases and was discovered in one in every three. On the whole, the pain felt was physical and of an acute nature. One third of patients in pain had an assessment. The most common assessment technique used was a medical and/or nurse’s check-up (53% of assessments). Assessment tools were used in 32% of cases. In terms of treatments, the majority of patients included received a prescription for analgesics (63%) or had them on request (77%). Step 1 analgesics were prescribed in 58% of cases, whereas psychotropic agents (for analgesic purposes) represented less than 10% of medicinal products prescribed. One quarter of patients had a nonpharmacological analgesic treatment. In 52% of such cases, counselling was the most used treatment.

This study shows that there is a high prevalence of pain in patients staying in public mental health institutions. Investigations are rare if patients do not spontaneously express that they are in pain. Pain is also very rarely assessed. Nevertheless, the majority of patients receive analgesia. Within the scope of V2010 certification and better management of patients, these results have led to assessment tools being developed that systemise investigation of a pain episode, assessment tools being made available and the drafting of healthcare protocols.



AUTEUR(S)
D. BICHARD, G. PARENT, J.-M. CHOFFEL, C. HADJIYIASSEMIS, J. SERRADO, A. ALHAMWI, M. BOURGEOIS, M. FIEROBE, J.-L. VUILLER, E. MEJAT, E. TISSOT

Reçu le 29 février 2012.    Accepté le 23 janvier 2013.

MOTS-CLÉS
Douleur, Évaluation, Santé mentale

KEYWORDS
Pain, Evaluation, Psychiatry

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (420 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier