ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Douleur et Analgésie

1011-288X
Vous êtes sur le site des articles parus entre 1988 et 2015 :
» Accédez aux articles parus depuis 2016 «
 

 ARTICLE VOL 27/2 - 2014  - pp.118-124  - doi:10.1007/s11724-013-0350-z
TITRE
Douleur chronique et syndrome postcommotionnel des patients traumatisés crâniens légers : soyons vigilants face à la survictimisation et à l’aggravation

TITLE
Chronic pain and post-concussion syndrome in patients with mild traumatic brain injury: being aware of over-victimisation and things getting worse

RÉSUMÉ

Il existe de nombreuses similitudes dans l’envahissement de la personnalité des patients présentant un syndrome postcommotionnel survenant suite à un traumatisme crânien léger et les patients souffrant de douleur chronique, et qui peuvent s’autoentretenir lorsqu’ils sont concomitants. Dans cet article, nous insistons tout particulièrement sur les intrications complexes de ces symptomatologies riches et multiformes qui peuvent complètement parasiter le vécu des patients. Le syndrome postcommotionnel, souvent régressif en quelques mois, peut, sous l’effet de différents facteurs, s’aggraver secondairement, voire s’enkyster en une symptomatologie extrêmement invalidante tant sur le plan personnel que familial ou socioprofessionnel, faisant alors écho à la symptomatologie de la douleur chronique et envahissant tous les champs d’application de la vie quotidienne. Nous rappelons que nous devons être vigilants face aux conséquences de la solitude de ces patients, aux incompréhensions de l’entourage familial, aux échecs de réinsertion professionnelle non préparée, aux aléas de l’expertise de réparation du dommage corporel, qui peuvent contribuer à enfermer le patient sur lui-même et doivent donc être désamorcées. Un bilan neuropsychologique approfondi a ici toute sa valeur. Aussi nous a-t-il paru intéressant d’aborder certains de ces aspects pour mieux les prévenir, les détecter et les accompagner.



ABSTRACT

There are numerous similarities in how the personality is affected in patients presenting with post-concussion syndrome following a mild traumatic brain injury and in patients who are in chronic pain, which may be self-maintaining when they are occuring at the same time. In this article, particular emphasis is put on the complex intricacies of these powerful and multi-faceted symptoms that may be a total drain on the lives of these patients. Post-concussion syndrome, which is often regressive after several months, may as the result of different factors worsen again or encapsulate extremely debilitating symptoms, both on a personal and a family or social and professional level, echoing the symptoms of chronic pain and taking over all areas of daily life. It is noted that we should be aware of the consequences of loneliness felt by these patients, the misunderstandings of the family, failed unprepared attempts to return to work, and the vagaries of the personal injury compensation assessment, all of which may contribute to the patient isolating themselves and which should be prevented from happening. A detailed neuropsychological assessment is therefore invaluable in these situations. It was also interesting to approach some of these areas so as to better prevent them, detect them and support them.



AUTEUR(S)
A.-V. DEVAUD, A. HÉRON, J.-L. POINDESSOUS

Reçu le 11 décembre 2012.    Accepté le 12 septembre 2013.

MOTS-CLÉS
Douleur chronique, Traumatisme crânien léger, Syndrome postcommotionnel, Survictimisation, Réparation dommage corporel

KEYWORDS
Chronic pain, Mild traumatic brain injury, Post-concussion syndrome, Over-victimisation, Personal injury compensation

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (131 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier